lecture – Revue lignes 34 et 35 l’exemple des roms – les roms, pour l’exemple

Ces deux numéros questionnent l’ethnicisation des discours et pratiques étatiques, appuyés depuis le Discours de Grenoble du 30 juillet 2010 – la substantivation en chose « Qu’est-ce qu’on en fait ? » – et la concrétisation d’Hortefeux « démanteler dans les trois prochains mois 300 campements illégaux dont 200 de Roms ». Ce dont relatif mériterait d’être davantage commenté comme manière de dessiner les territoires mêlant droit et ethnie, zone de l’illicite dans laquelle on réserve spécialement une place pour une ethnie.

On peut être fasciné pour la diversité des noms désignant : Gitans, Tsiganes, Romanichels, Roms, Sintis, yeniches, Manouches…

Le mot rom signifierait homme par opposition à romni (épouse) ou Gadjé (les autres), migrants supposément venus de l’Inde, de la caste des Domba.

On y lit chez Jean-Luc Nancy une relecture de la lettre de Flaubert commentant la haine du Bourgeois pour les Bohémiens, et du Bohémien de Kafka : la figure de Jamais-Plus, le Romanichel, par opposition à Retiens-le,Saisis-le ratiers ordinaires.

On réfléchit le procédé de triangulation du pouvoir, avec ses étapes ,arratives :ouverture/discours de Dakar, responsables « dela diversité »/statistiques ethniques, identité nationale, etc.

Dans Une passion d’en haut, Jacques Rancière critique le présupposé du racisme comme passion populaire, depuis les lois Pasqua de 1993 qui donne lieu à un « racisme froid » d’Etat : le contrôle de la circulation des personnes (faute de contrôler celui des capitaux). Ainsi se constituent de nouvelles figures d’immigrés et de clandestins selon les lois qui permettent de donner figure au dangereux et de réaménager constamment la frontière dedans/dehors.

Etienne Balibar utilise la notion d’apartheid européen comme système d’exclusion sociale.

Des stratégies sont proposées : le devenir-rom du Nous sommes tous des Roms ! Du 4 septembre 2010, la notion d’hospitalité selon Derrida comme l’espace d’un accueil sans réserve et sans calcul, ce qui aurait été esquissé par les Enfants de Don Quichotte en décembre 2006 par opposition aux politiques répressives comme la destruction du Hanul, plus vieux d’IDF, de 10 ans, le 6 juillet 2010 envisagé comme art de la guerre non déclarée.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.