l’argent n’existe pas

ça manque, ça tient plus dans la poche

ça n’existe pas l’argent de poche

// l’eau dans la cage

// la sauce dans la passoire

 

ce qui existe c’est la poche de l’argent, son ourlet

il y a l’argent poché

comme on dit un œuf poché

ça bulle tant qu’on croit qu’on va pouvoir bouffer

ça n’a que de l’air dedans

qui fait du coup de vent sous la dent

juste une membrane qui n’empêche pas qu’on sente

le dent contre dent

ça protège pas de l’hiver ou de la pluie

ni les grelots ni le grêlons

juste un membre-âne

on vit avec des membranes foisonnantes

de pauv’types

sur le dos en espérant une grosse doudoune

// un épais cuir

va te faire cuire un œuf, endure, ordure !

 

Tu tiens. Parce qu’il faut.

Parce que pas le choix tu crois.

Parce que pire ailleurs.

Parce que c’est comme ça – ils se répètent à la longue – bordel

Parce que les proverbes ont la peau dure, les cuirs tanés

la force des clichés imprimés développés dans la chambre obscure du cortex

annone sans honte ni remord

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.