Novarina, La quatrième personne du singulier (éditions POL)

Novarina, La quatrième personne du singulier (éditions POL)

Ce qui se poursuit : le travail sur l’inventaire des noms, « la langue à un », une langue propre à chacun, dans son vocabulaire, sa syntaxe, son rythme, sa respiration

ce qui change : la lettre au E muet, à Tibor Mészáros (l’opérette imaginaire, 2009)

Des formules définitives ?

Le langage travaille à l’impératif

Travaille tout dans l’envers retourné

le théâtre : désadhérer, lieu de la défaite humaine, ouverture à la quatrième personne du singulier : personne

le réel comme brûlement spirituel de la chose

Le langage s’est retiré de la page.

 

De cette dernière phrase il y a beaucoup à faire…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.