Colloque« Le Manifeste s’éclate. Révolutions contemporaines du manifeste artistique et littéraire, entre théorie et pratique » Colloque

Colloque organisé par Camille Bloomfield, Jean-Marc Baud, Viviana Birolli, Mette Ruiz, Audrey Ziane.

Programme

Jeudi 24 novembre 2022

9h00 : Ouverture du colloque (Camille Bloomfield, Université Paris-Cité, CERILAC / PLEIADE et & Mette Ruiz (Université de
Dalécarlie, Suède) : Présentation du colloque & du projet Manart

Panel : « Nouvelles tendances, nouvelles formes : mises au point théoriques et réflexives »

9h30 : Viviana Birolli (Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne, HiCSA), « Manifeste, manifestes : reculons pour sauter plus loin »

10h : Arsène Caens (EHESS, Lier-Fyt), « Ethnographier le manifeste : polyphonie et assertivité »

10h30 : Discussion suivie d’une pause café

11h : Jean-Marc Baud (Université Sorbonne Paris Nord, PLEIADE), « Zanzibar, Perpendiculaire, Hétérotrophes, Inculte… : stratégies manifestaires chez quelques collectifs littéraires contemporains »

11h30 : Laude Ngadi Maissa (Université de Lausanne) : « Formes et genres du manifeste littéraire et artistique d’Afrique subsaharienne
francophone »

12h : Stéphane Nowak Papantoniou (poète). « Manifeste erroriste : présentation & action »

12h30 : Déjeuner

Panel : « Anthologies & manifestes de commande »

14h : Entretien avec Jessica Lack (critique d’art, Cambridge) autour de l’anthologie « Why Are We Artists? 100 World Art Manifestos » (2021)
Animé par Viviana Birolli (Université Paris I, HICSA)

14h30 : Table ronde sur les anthologies de manifeste, en présence de :
– Isabelle Pluta (Université de Lausanne, Centre d’études théâtrale et Groupe de recherche Nucleus), à propos du projet d’anthologie Scènes numériques. Digital Stages (PUR, 2022)
– Laurent Cauwet (éditeur d’Al Dante/Presses du réel), à propos de son anthologie Manifesten, un roman des avant-gardes (à paraître)
– Pierre Vinclair (poète & éditeur) : à propos du dossier « L’agencement des mobiles (manifestes) », dans le n°179-180 de la revue Po&sie

16h00 : Pause-café

16h15 : Entretien avec Julien d’Abrigeon & Gilles Cabut (Boxon) – animé par Jean-Marc Baud et Camille Bloomfield

17h00  Clôture de la journée

17h30-19h00 Soirée de performances au Centre d’art et de recherche « Bétonsalon » :

  • Mélanie Leblanc, lecture chorale du Manifeste du Nous (Les Venterniers, mars 2022)
  • Cabaret Courant faible (Isabelle Vicherat, Elise Vandewalle, Nicolas Guillemin) : Anti-CV ; proposition pour un manifeste (performance)
  • Julien d’Abrigeon / Gilles Cabut : lecture-performance

Vendredi 25 novembre 2022

9 h : Ouverture de la journée Par Audrey Ziane
Panel : Réalismes d’aujourd’hui : réception et extension d’un mouvement

9 h 15 : Bernard Müller (Ecole supérieure d’Art, Avignon) , « Le déjeuner sous l’herbe (Spoerri, 23.04.1983) ou l’enterrement du Nouveau Réalisme »

9 h 45 : Conversation entre Antje Kramer-Mallordy (Université Rennes 2 / Archives de la critique d’art) et Bernard Müller (Ecole supérieure d’Art, Avignon), « Entre les lignes du Nouveau Réalisme » 

10 h 15 : Discussion et petite pause-café

Panel : Le manifeste à travers les arts

10 h 45 : Anna Krykun (Université de Tours, EA Interactions culturelles et discursives), « Le manifeste littéraire au xxie siècle : un genre en quête d’auteurs »

11 h 15 : Elena Cervellati  Alma Mater StudiorumUniversité de Bologne), « Le manifeste en danse en France et en Italie : entre corps et parole »

11 h 45 : Léonore Conte (Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis, AIAC), « Éducation ou dogme ? Le manifeste en design graphique à l’épreuve de l’école »

12 h 30 : Pause déjeuner

14 h : Clara Bouveresse Université d’Evry/Paris Saclay, SLAM), « Magnum/Antoine d’Agata Manifeste : débat par catalogues interposés »

14 h 30 : Amanda Robles (réalisatrice, associée à l’Université Toulouse Jean Jaurès – LARA-SEPPIA), « Le cinéma corporel de Maria Klonaris et Katerina Thomadaki »

 15 h : Pause-café

Panel : Du manifeste à l’œuvre : paroles d’artistes

15 h 15 : Discussion avec Audrey Ziane sur le manifeste « social », « Cabaret courant faible et la proposition d’anti-CV »

15 h 45 : Performance du poème dramatique La Mante, œuvre-manifeste du Théâtre des Grands Bois, puis discussion Chloé Kaïmakian et Jonathan Rousseau (Compagnie des Grands Bois)

16 h 45 : discussion finale, conclusion des travaux

Informations pratiques
Salle 064E, Halle aux Farines

Esplanade Vidal-Naquet, Paris 13ème

Journée d’étude Tarkos

Tarkos: poète: réunion de chantier

 Le petit bidon : lignes de tension
Entre « lire » et « dire », le texte et l’improvisation : écriture, performance, recherche et création.

Dans le but de présenter un état des lieux des réflexions et des recherches en cours sur l’œuvre de Tarkos, le Cipm organise au Frac une journée d’étude pour la clôture de l’exposition Tarkos poète.

La journée se découpera en quatre panels, deux le matin : généalogies Gabriel Proulx, LéoDekowski, Jonas Delaborde et formes David Christoffel, Thierry Weyd, Alexandre Mare. Les deux autres panels seront, l’après-midi : stratégies Nathan Lahire, Vianney Lacombe, Laurent Zimmermann et parole Anne-Christine Royère, Antoine Hummel, Stéphane Nowak Papantoniou.

Le matin

Muriel Enjalran, directrice du Frac Provence-Alpes-Côte d’Azur et Michaël Batalla, directeur du Cipm
• Bienvenue

10h : GÉNÉALOGIES

Léo Dekowski, Normalien, agrégé de lettres modernes, et doctorant à CY Cergy-Paris Université
• Tarkos, poète français de la transition
J’essaierai de montrer comment la poétique de Tarkos se construit autour de la transition, la travaille et la réfléchit, à la fois dans une dynamique de démultiplication et par des tentatives d’invisibilisation.

Gabriel Proulx, Candidat au doctorat & chargé de cours, Département d’études littéraires, Université du Québec à Montréal
• Stein – Beckett – Tarkos
La critique a observé à plusieurs reprises les affinités qui existent entre le travail de Tarkos et celui de Gertrude Stein ou de Samuel Beckett, même si le poète français ne se réclame pas directement de ces deux monstres modernistes. Nous verrons comment se manifeste cette influence indirecte dans l’écriture tarkossienne, mais aussi dans quelle mesure la généalogie trouée que se crée Tarkos permet de repenser la notion d’héritage hors des modèles arborescents et linéaires.

Jonas Delaborde, Artiste plasticien, doctorant en Histoire de l’art au laboratoire HAR, unité de recherche de l’Université Paris Nanterre.
• Pascal Doury, Christophe Tarkos, braconnages croisés.
Pascal Doury et Christophe Tarkos ont collaboré entre 1997 et 1999 sur trois ouvrages (L’hypnotiseur soigne, Je m’agite et Le Bâton), une revue (poézi prolétèr, avec Kati Molnár, deux numéros parus), un projet d’exposition et de nombreux numéros de l’Encyclopédie des Images, une série de fascicules publiés par Doury. Quelles ont été leurs modalités de travail ? S’agit-il à chaque fois du même registre de collaboration ? Comment ces objets dialoguent avec le reste de leurs œuvres respectives ?

11h30 : FORMES

David Christoffel, Poète, compositeur et créateur radiophonique. Docteur en musicologie de l’EHESS, il est l’un des deux commissaires de l’exposition « Tarkos poète ».
• « L’englobement résiste, va »
Poèmes ronds, histoires de boules, effets de boucles, pensées sphériques, raisonnements circulaires, remises à zéro, jeux autoréférentiels… Tarkos arrondissait tout. Mais à force de tourner, ses poèmes creusent et remontent. Proposition de relecture écologique d’une œuvre à taille humaine.

Thierry Weyd, Enseignant à l’ésam Caen/Cherbourg – artiste dilettante – éditeur en chambre – amateur de curiosités – curator et à travers – diplomate utopiste
• (Peut-être…) = Oui, revu et corrigé par Karine Defrance. Expressif, le petit bidon (Improvisations et lectures, tome 1), par les éditions cactus.
En 1999, Christophe Tarkos est invité dans le cadre de l’Atelier de Recherche et de Création « Au pied de la lettre », organisé en Option Design Graphique par l’école des Beaux-Arts de Caen. Ces deux jours d’atelier ont été à l’origine d’un travail de recherche graphique et typographique mené par Karine Defrance, alors étudiante, en compagnie de Christophe Tarkos, à partir du livre Oui (Al dante/Niok, 1996), dans la perspective de son diplôme de fin de cursus ; du projet d’une collection de CD audio des enregistrements de Christophe Tarkos, produite par les éditions cactus ; de l’ouvrage inachevé Calligrammes de Caen, auquel devait être associé Pascal Doury, et, par conséquent, jamais édité par l’école des Beaux-Arts de Caen.

Alexandre Mare, Directeur de la Galerie Duchamp, centre d’art contemporain d’intêret national situé à Yvetot, il est l’un des deux commissaires de l’exposition « Tarkos poète ».
• Les poèmes sont des dessins
Si Tarkos aimait à publier parfois des dessins, les recherches en marges de l’exposition Tarkos poète permettent de mettre à jour un véritable corpus. Il s’agira dès lors de proposer une première lecture de cette oeuvre et comment celle ci semble endogène à l’oeuvre écrite.

L’après-midi

14h : STRATÉGIES

Nathan Lahire, Doctorant, UPHF
• Les Morceaux choisis de Christophe Tarkos : une « carte de visite » adre